Qu'est-ce que la naturopathie ?





La naturopathie vise à préserver et optimiser la santé globale de l’individu et sa qualité de vie.
Sa philosophie repose sur un principe simple : le corps, en fonction de sa force vitale, a la capacité de se régénérer et donc de guérir par ses propres moyens (c’est l’homéostasie).
Inventée par Hippocrate (4ème siècle avant JC), la naturopathie est classée 3ème médecine traditionnelle mondiale par l’OMS (après l’ayurveda et la médecine chinoise).

En naturopathie, on considère les symptômes comme des signaux que nous envoie le corps pour nous faire passer un message. Faire taire le symptôme sans s’intéresser à son origine ne fera qu’engendrer une cascade d’autres signaux, qui eux-mêmes déclencheront d’autres pathologies. Chercher la cause exacte des symptômes permet d’éradiquer les troubles dont souffre la personne.

Pour cela, il faut considérer l’individu dans sa globalité, sur tous les plans de son être (physique, mental, émotionnel, énergétique…). Il faut également prendre en compte son terrain (sa constitution, sa vitalité, son tempérament), ainsi que l’environnement personnel et professionnel dans lequel il évolue. C’est cet ensemble de données qui fait la particularité de chacun, raison pour laquelle il est indispensable d’aborder tous ces domaines en consultation.

Concrètement, les domaines d’intervention de la naturopathie sont les suivants :
L’alimentation
C’est le levier d’action le plus immédiat. De nombreuses études ont prouvé que le ventre est notre deuxième cerveau (voire le premier !). Un appareil digestif sain est donc la clé d’un mental équilibré et d’une immunité à toute épreuve. Encore faut-il lui donner ce dont il a besoin pour fonctionner correctement… Les bases nutritionnelles sont essentielles, et l’on instaure les bons réflexes dans son assiette dès la 1ère consultation.
L’exercice physique
Voie royale de l’élimination des toxines, le sport est indispensable pour s’oxygéner, renforcer sa résistance immunitaire, mais aussi se vider la tête et apaiser le système nerveux !
Pour ne citer que quelques uns de ses bienfaits, l’exercice physique améliore les capacités respiratoires, les états de dépression et d’anxiété, et réduit les risques de diabète, d’AVC et de crise cardiaque. Plutôt encourageant, non ?
La relaxation
Le stress étant la première cause d’épuisement des ressources du corps, il est primordial d’apprendre à le maîtriser, à défaut de s’en débarrasser. Pour cela, on a recours à diverses techniques de gestion des émotions, allant de certains exercices de respiration et d’ancrage à des séances de sophrologie, de visualisation positive ou des méditations guidées...
L’hydrologie
Cette pratique regroupe tous les usages que l’on peut avoir de l’eau. En consommer en quantité (et qualité) suffisante est primordial pour drainer et revitaliser l’organisme comme il se doit. La bouillotte, les bains chauds ou froids (du corps tout entier ou de manière locale), le sauna et le hammam sont autant d’outils permettant la stimulation ou la détente du corps.
Les techniques manuelles
Elles englobent toutes formes de massages bien-être visant à diminuer l’anxiété et encourager le dialogue avec son corps. En effet, plus on est dans le mental et moins on est à l’écoute de son corps. Le toucher est une étape importante pour ré-habiter son enveloppe corporelle, se reconnecter à soi-même et enrayer le « petit vélo dans la tête ».
La réflexologie
Le principe des techniques réflexes est de réguler le fonctionnement d’un organe ou d’apaiser le système neuro-végétatif (celui du stress !) en stimulant certaines zones à distance (par exemple depuis le pied, l’oreille ou encore le nez).
La réflexologie s’avère également être une très bonne méthode de relaxation.
La phytologie et l’aromatologie
Selon les besoins, seront utilisées la phytologie (l’usage des plantes sous toutes leurs formes) ou l’aromatologie (huiles essentielles).
Ces produits permettent de répondre de manière ciblée à une problématique précise et viennent soutenir le pouvoir d’homéostasie, si tant est qu’un véritable rééquilibrage alimentaire ait été mis en place au préalable.
Les compléments alimentaires
Il peut être utile, après un rééquilibrage alimentaire et autres remaniements de l’hygiène de vie, d’avoir recours à des compléments alimentaires pour drainer, revitaliser le corps ou favoriser le processus d’homéostasie. Ceux-ci ne se substituent en rien à une réforme alimentaire, mais viennent couronner les efforts fournis par la personne instaurant de réels changements dans sa vie.

Bien sûr, toutes ces méthodes ne sont pas employées de front. Il est judicieux d’instaurer un changement à la fois, de manière à ne pas s’y perdre ou se décourager face à un trop plein d’informations.